accueil > institut du mai > économies pour la collectivité

économies engendrées pour la solidarité nationale par l'Institut du MAI

A la demande du Conseil général d'Indre et Loire et sur la base de chiffres arrêtés au 31 décembre 2009 transmis par ce dernier, il a été réalisé une étude sur le coût des installations à domicile dans l'Indre et Loire (37) des clients de l'Institut.

Depuis son ouverture, 25 clients formés à l’Institut se sont installés en Indre et Loire, dont 13 avaient leur domicile de secours en Indre et Loire et 12 avaient leur domicile de secours dans un autre département lors de leur entrée en formation.

En 2009, donc, en tant que domicile de secours, le Conseil général d’Indre et Loire a versé 665.866 € au bénéfice de ces 25 personnes au titre de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) pour financer les aides humaines (auxiliaires de vie, veilles de nuit …). Soit un montant moyen de PCH de 26.600 € par personne et par an.

Un séjour en foyer occupationnel en Indre et Loire coûte environ 80.000 € par an /par personne. A titre de comparaison, le coût annuel d'un séjour, formation comprise, à l’Institut est de 88.000 € par an /par personne.

Si les 13 clients étaient restés en foyer dit « de vie » ou « occupationnel », il en aurait coûté environ 13 x 80.000 €  =  1.040.000 € au Conseil général d’Indre et Loire.

extrapolation de ces chiffres au niveau national

L’économie pour les conseils généraux domicile de secours entre vie en foyer et vie privée est de 80.000 – 26.600  soit  53.400 € arrondie, par prudence, à 50.000 € par an et par personne.

L’Institut a permis l’installation à domicile de 92 personnes au 31 décembre 2010.

L'Institut du MAI a ainsi permis à ces personnes de réaliser leurs projets de vie autonome comme la loi de 2005 y oblige la collectivité. De plus, l'Institut du MAI a fait réaliser une économie de 50.000 x 92 soit 4.600.000 € PAR AN à la solidarité nationale.

Cette somme pourrait permettre le financement d’un foyer de 57 place  (4.600.000 / 80.000), par exemple pour l’accueil des personnes autistes, une préoccupation majeure pour les conseils généraux.